Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

La FDA sonne le glas des e-liquides aromatisés

La Food & Drug Administration (FDA) vient d’interdire la commercialisation de plus de 1 089 000 d’e-liquides aromatisés aux États-Unis. De quoi envisager un avenir très sombre, outre-Atlantique, pour ce type de flacons. Et, plus globalement, pour le moyen de sevrage tabagique le plus efficace à ce jour.

La FDA sonne le glas des e-liquides aromatisés

C’était une crainte qui grandissait au fil des annonces. Des interdictions localisées des arômes, à San Francisco ou New York par exemple. Puis la vague d’épidémie des maladies pulmonaires, en 2019, injustement attribuée à la vape alors qu’elle tenait à l’utilisation d’e-liquides frelatés, et qui sert aujourd’hui encore d’alibi à l’OMS.    

Même si la vape en a été officiellement blanchie, les effets de cette campagne de désinformation demeurent. Ajoutés à la fumeuse théorie de l’« effet passerelle », selon laquelle la vape rendrait les jeunes accros à la nicotine, ils contribuent à véhiculer une image peu flatteuse de la cigarette électronique. Dans l’opinion publique américaine, un message tend à se propager : la vape, en particulier à travers ses e-liquides aromatisés, constituerait un problème majeur pour la jeunesse.

Plus de 1 089 000 e-liquides aromatisés interdits

C’est pour cette raison que des associations de défense ont enjoint à la Food & Drug Administration (FDA) de renforcer le contrôle autour de la vape. Inutile de revenir en détail sur le processus : pour avoir le droit de commercialiser leurs produits, les fabricants doivent soumettre une demande étayée par de nombreuses preuves scientifiques de leur innocuité (PMTA). 

À ce titre, la FDA vient d’annoncer avoir refusé les demandes d’autorisation pour plus de 1 089 000 e-liquides aromatisés. Une simple lettre justifie ce choix, indiquant « vous n’avez pas réussi à démontrer dans votre demande pour un produit aromatisé que les avantages pour la santé publique l’emportent sur les risques connus de l’attrait auprès des jeunes ». Jim McDonald de Vaping360 publie la liste exhaustive des produits et entreprises concernés

Le 27 août 2021, la FDA avait anticipé ce choix à travers une lettre publique. « Les e-liquides aromatisés sont extrêmement populaires auprès des jeunes, puisque plus de 80 % des utilisateurs d’e-cigarettes âgés de 12 à 17 ans utilisent l’un de ces produits », déclarait l’administration américaine. Pour valider une demande de PMTA, les entreprises doivent réaliser « des essais contrôlés randomisés ou des études de cohorte longitudinale » afin de démontrer que leurs produits « présentent un avantage suffisant pour les fumeurs adultes qui surpasserait le risque posé aux jeunes »

Une mission qui paraît très délicate pour tous les acteurs indépendants du secteur, par son coût et la difficulté de sa mise en place. Faut-il comprendre que c’est la fin définitive des e-liquides aromatisés aux États-Unis ?