Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

New York bannit les e-liquides aromatisés

Le gouverneur Andrew Cuomo fait passer un projet de loi interdisant la vente des e-liquides aromatisés dans l’État de New York, mais aussi le commerce en ligne de tous les produits de vapotage. Un texte adopté par les législateurs en vidéoconférence, sans débat public. Les associations américaines de vapoteurs s’insurgent contre un tel procédé.

New York bannit les e-liquides aromatisés

L’Assemblée de l’État de New York a adopté un projet de loi visant à interdire la vente d’e-liquides aromatisés, pour n’autoriser que les seuls goûts tabac sur le marché. La vente en ligne de l’ensemble des produits de vapotage, quels qu’ils soient, sera également prohibée. La décision a été prise dans le cadre d’une loi budgétaire de plus grande ampleur, par le médiatique gouverneur Andrew Cuomo (photo). Ce dernier est actuellement sous le feu des projecteurs pour sa gestion pertinente de la pandémie de coronavirus, mais il n’a jamais caché être un farouche opposant au vapotage.

Interdiction des e-liquides aromatisés et de la vente en ligne

Ces interdictions ont été adoptées sans débat public, les législateurs s’étant essentiellement réunis par vidéoconférence. Pour Jim McDonald, fervent activiste provape et membre de l’association américaine CASAA (Consumer Advocates for Smoke-Free Alternatives Association), « cette décision crée au passage un vide juridique qui va favoriser les produits de Juul et ceux des géants du tabac, sans la possibilité pour les citoyens de la contester ».

Le projet de loi prévoit en effet une dérogation pour les produits aromatisés dont la vente a déjà été approuvée par la FDA dans le cadre de son processus d’autorisation PMTA (PreMarket Tobacco Application). Selon Jim McDonald, cette exception a été ajoutée in extremis après le lobbying de la start-up californienne et des compagnies de tabac qui commercialisent des e-cigarettes, comme Japan Tobacco, Reynolds, Altria ou Imperial. Aucun produit de vapotage indépendant n’a encore été approuvé par la FDA, au contraire de ces géants.

10 % des Américains privés d’e-liquides aromatisés

L’interdiction des e-liquides aromatisés prendra effet 45 jours après l’approbation définitive du gouverneur Andrew Cuomo, qui devrait être imminente. L’interdiction de la vente en ligne devrait quant à elle débuter au 1er juillet 2020. Avec les interdictions successives votées au Massachusetts, dans le New Jersey, à Rhode Island ou encore dans de nombreuses villes californiennes depuis novembre dernier, ce sont plus de 10 % des Américains qui se voient privés d’e-liquides aromatisés. Sans véritable recours juridique possible, seule une pétition en ligne a été mise en place pour faire entendre la voix des vapoteurs.