Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Le « Mois sans tabac » 2020, c’est parti !

Le 1er novembre, la cinquième édition du « Mois sans tabac » commence en France. Pour les participants, c’est l’occasion de se se lancer ce défi : passer 30 jours sans fumer. Les études montrent que l’on aurait ainsi jusqu’à cinq fois plus de chances d’arrêter définitivement.

Le « Mois sans tabac » 2020, c’est parti !

Pour la cinquième année consécutive, le ministère des Solidarités et de la Santé, avec l’Assuranc-maladie et Santé publique France, donnent le coup d’envoi du « Mois sans tabac ». Pour 30 jours, les fumeurs volontaires s’engagent à se passer de cigarette. Et cette campagne de sensibilisation vise à les accompagner au quotidien dans leur sevrage, à travers plusieurs outils gratuits. Ainsi qu’une série de conseils, parmi lesquels l’e-cigarette tient enfin une place de choix. 

Choisir une stratégie adaptée à chacun

L’inscription se déroule sur le site officiel. Une fois celle-ci enregistrée, vous pourrez dans un premier temps évaluer votre dépendance à la cigarette, à travers un questionnaire. En prime, vous pouvez commander un kit d’aide à l’arrêt, échanger avec des membres de la communauté pour partager des conseils et des témoignages, mais aussi vous impliquer dans des groupes régionaux

Dans le cadre du « Mois sans tabac », 11 spots publicitaires de 30 secondes seront diffusés à la télévision. Ils mettent l’accent sur des témoignages d’anciens fumeurs, autour de leurs difficultés rencontrées et des astuces pour réussir. L’autre section du site, rédigée en partenariat avec Tabac Info Service, propose différentes « stratégies » pour arrêter. Parmi lesquelles figure, pour la première fois et au premier plan, l’e-cigarette

Une édition aux enjeux importants

C’était une promesse, cette cinquième édition devait introduire une « version totalement nouvelle » de l’événement annuel. Le « Mois sans tabac » 2019 s’était en effet soldé par un bilan décevant, avec un nombre d’inscrits en baisse. Si l’opération compte 784 874 participants depuis sa création, en novembre 2016, ils n’étaient en effet que 203 892 l’année dernière, soit une baisse de près de 18 % par rapport à l’édition précédente.

En ce 1er novembre, au démarrage de la 5e édition, près de 105 000 participants se sont engagés dans l’opération. Un chiffre qui était déjà atteint quinze jours plus tôt, dans l’édition précédente. On le sait par ailleurs : en plein confinement qui redémarre, le besoin d’accompagner les fumeurs dans leur sevrage est plus urgent que jamais. 

Santé publique France avait montré que plus d’un quart des fumeurs (27 %) avaient augmenté leur consommation de tabac, au printemps dernier. En confrontant toutefois ces chiffres à ceux de l’enquête du Petit Vapoteur, on comprend à quel point c’est une période essentielle dans la lutte contre le tabac. Plus d’un quart des fumeurs (25,65 %) auraient également tenté d’arrêter, au cours du confinement. Et 22,66 % d’entre eux auraient réussi.