Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

L’Estonie rétablit la vente des e-liquides mentholés

L’Estonie avait banni tous les e-liquides aromatisés, à l’exception du goût tabac, le 1er juillet 2019. Une décision qui a conduit à l’explosion du marché noir dans le pays. Le Parlement revient finalement sur son choix, au nom de la lutte contre le tabagisme. L’arôme menthol sera donc bientôt de retour.

L’Estonie rétablit la vente des e-liquides mentholés

Citée en exemple dans un document interne de l’OMS, l’Estonie s’était montrée rapidement très ferme face à la vape. Le 1er juillet 2019, le Parlement avait ainsi banni tous les e-liquides aromatisés, à l’exception des arômes tabac et « sans saveur ». Une décision qui a conduit à l’explosion du marché noir : celui-ci représenterait 85 % de la consommation d’e-liquides dans le pays, selon l’association NNA Smoke Free Estonia. Autre conséquence désastreuse, le retour à la cigarette pour près de 10 % des vapoteurs.

Lutter contre le tabagisme et le marché noir

C’est précisément pour lutter contre le tabagisme que le Parlement estonien a fait marche arrière, le 4 mai dernier. Par 74 voix pour et 12 contre, les députés ont rétabli l’autorisation de vendre des e-liquides au goût menthol, ainsi que des produits du tabac chauffé. Une décision importante alors que les cigarettes mentholées seront interdites dans tous les pays membres de l’Union européenne à compter du 20 mai prochain. 

« C’est une petite, mais très importante étape dans la lutte contre le tabac, indique Ingmar Kurg, le président de NNA Smoke Free Estonia. Elle met fin aux réglementations draconiennes adoptées par les gouvernements précédents. Je constate que les politiciens changent d’avis et commencent à comprendre comment fonctionnent les produits de nicotine moins nocifs. »

Ingmar Kurg se félicite également de la décision pour limiter le marché noir. « De nombreux vendeurs sur le marché noir sont mineurs, poursuit-il. Ils vendent des e-liquides faits maison dans les parkings des supermarchés et les terrains de jeu. Parfois, ces vendeurs mélangent les ingrédients sur place. Nous pouvons supposer qu’ils ne se soucient pas de vendre à d’autres enfants. » Il rappelle à quel point le marché noir est dangereux pour les consommateurs, et comment il a été à l’origine de la propagation de maladies pulmonaires aux États-Unis, l’année dernière.

« Les réglementations strictes ne fonctionnent pas »

« Tous les pays doivent comprendre à quelle vitesse et à quel point les choses peuvent mal tourner en cas de réglementation excessive, poursuit-il. Je suis vraiment heureux que tant de politiciens estoniens aient compris ces problèmes et souhaitent apporter des changements qui amélioreront la situation. J’espère que [les pays] comprendront que les réglementations strictes ne fonctionnent pas et que nous devons revenir le plus rapidement possible à des réglementations raisonnables qui protègent réellement les jeunes et qui fonctionnent tout autant pour les fumeurs et les vapoteurs ».

Citée en exemple par l’OMS pour sa réglementation très stricte de la vape, l’Estonie sera-t-elle toujours considérée comme un « bon élève », par la même autorité, suite à ce revirement ? Rien n’est moins sûr…