Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Les cigarettes mentholées, c’est bientôt fini en France !

L’agenda 2020 est particulièrement chargé en matière de lutte contre le tabagisme. Le paquet de cigarettes à 10 euros deviendra réalité d’ici novembre prochain. Le « Mois sans tabac » débutera à la même période, dans une version remaniée. Et dès ce printemps, les cigarettes mentholées seront interdites à la vente. Voilà qui pourrait bien profiter à la vape…

Les cigarettes mentholées, c’est bientôt fini en France !

Pas moins de trois hausses du prix du paquet de cigarettes marqueront l’année 2020. La première est intervenue le 1er janvier, avec une augmentation de 10 à 15 centimes pour les marques les moins chères du marché. « Nous allons harmoniser le prix du paquet de tabac, notamment les prix les plus faibles », avait promis la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, lors de sa prise de fonction en 2017. 

Deux autres augmentations sont donc prévues. La première, en mars 2020, devrait être de 50 centimes environ et concerner tous les cigarettiers. Et la seconde, en novembre 2020, sera de 40 centimes pour aboutir à un tarif supérieur à 10 euros sur tous les paquets du marché. À cette date, plus aucun paquet de cigarettes ne sera proposé en-dessous de ce seuil psychologique.

E-liquides mentholés : une part importante du marché

Mais un autre changement interviendra d’ici là : à compter du 20 mai 2020, les cigarettes mentholées seront interdites en France. Elles représentent aujourd’hui 8 % du marché, avec un million d’adeptes. Pour les buralistes, il n’y aura pas de reprise du stock, ni de conditions particulières d’accompagnement. 

Face à cette interdiction, la vape a une belle opportunité. Les e-liquides mentholés représentent une part importante du marché de l’e-cigarette, selon plusieurs études, que ce soit dans les modèles à réservoir rechargeable ou les systèmes à cartouche préremplie. Les buralistes devront ainsi aiguiller leurs clients vers une alternative, ce qui devrait toutefois se faire avec l’appui des géants du tabac. Rappelons, à ce titre, que Juul est détenu à 35 % par Altria, la maison mère de Marlboro (et, indirectement, de Philip Morris). La start-up américaine est d’ailleurs présidée aujourd’hui par un ancien cadre de la marque au cow-boy.

Il y a donc également un marché à conquérir pour les vape shops, qui pourront se prévaloir de leur position « d’experts » du secteur pour guider les primo-accédants. La gamme des produits vendus y est aussi plus large, avec un plus grand éventail de parfums mentholés que l’offre actuelle des cigarettiers. On peut aussi espérer un plus grand soutien des autorités publiques, notamment lors du Mois sans tabac 2020. D’après le communiqué officiel, il s’agira d’une édition « totalement nouvelle ». Peut-être grâce à une meilleure prise en considération de la vape parmi les substituts tabagiques ?