Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

États-Unis : vers l’interdiction des e-liquides aromatisés ?

Les rapports déjà tendus entre l’administration américaine et la vape risquent fort de se dégrader un peu plus. Accusée de favoriser un « effet passerelle » chez les jeunes, et après le décès de six personnes ayant consommé un produit frelaté, le président Donald Trump a demandé l’interdiction des liquides aromatisés. Est-ce un retour de la prohibition ?

États-Unis : vers l’interdiction des e-liquides aromatisés ?

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises les nombreux épisodes de la relation tendue entre les autorités américaines et le vapotage. Si plusieurs études démontrent que la cigarette électronique a contribué à abaisser le nombre de fumeurs à un niveau historiquement bas (14 % de la population en 2017, contre 15,5 % un an auparavant), on l’accuse aussi de rendre les adolescents accros à la nicotine. Un vrai paradoxe, face auquel s’écharpent les acteurs de la vape et l’administration américaine – l’effet passerelle relève, selon certaines études, de la psychose infondée

Un durcissement progressif …

C’est précisément le succès de Juul et la relative inaction de la Food & Drug Administration (FDA) qui ont amené le juge Paul Grimm, en mai dernier, à faire preuve de fermeté. Résultat : tous les fabricants de produits de vapotage ont désormais moins de 100 jours pour déposer une demande de PMTA (Premarket Tobacco Application) afin d’être autorisés à mettre leurs produits sur le marché. Une décision qui pourrait bien sonner le glas de la vape indépendante aux États-Unis, les demandes d’autorisation présentant un coût compris entre 116 000 et 400 000 dollars.

Nouveau coup de tonnerre, cet été : en quelques semaines, une trentaine de vapoteurs américains ont été hospitalisés pour des troubles pulmonaires graves et six d’entre eux sont décédés. Leur point commun : ils avaient tous consommé un e-liquide frelaté contenant du THC. Un produit trouvé sur le marché noir, donc bien loin des standards des shops spécialisés. La FDA n’a pas encore rendu les conclusions de son enquête, mais cette série noire n’a pas manqué d’écorner l’image du vapotage aux États-Unis.

… jusqu’au retour de la prohibition ?

Plus que partagées sur les effets bénéfiques de l’e-cigarette, les autorités américaines ont soudainement durci le ton. Donald Trump a ainsi déclaré dans le bureau Ovale qu’il « ne peut pas laisser tomber les gens malades, ni les enfants être si affectés ». Il a demandé à la FDA d’élaborer « un plan pour retirer du marché les e-cigarettes aromatisées », pour ne laisser sur le marché que les saveurs tabac. 

L’idée serait d’agir très vite et de retirer les produits concernés des étals des revendeurs d’ici quelques semaines. Un tel retour à la prohibition pourrait être désastreux. Plusieurs études montrent en effet que les e-liquides aromatisés ont grandement contribué au succès de la vape. Une enquête publiée en juillet 2018 indique que 82,9 % des vapoteurs consomment de tels produits. Un grand nombre d’utilisateurs risquent donc de se voir privés de leur e-liquide préféré, avec la tentation de se tourner ver le marché noir.

Nous continuerons de suivre l’évolution de ce dossier, mais nous vous rappelons cette consigne : ne vous procurez jamais des produits à l’origine douteuse et faites confiance aux shops spécialisés.