Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

“Besoin de saveurs”, les vapoteurs néerlandais se mobilisent

Le 23 juin dernier, le secrétaire d’État au ministère de la Santé néerlandais, Paul Blokhuis, a annoncé son intention d’interdire tous les e-liquides aromatisés dans le pays, dès le printemps 2021. Une décision prise sans la moindre concertation. Les associations spécialisées et les vapoteurs s’érigent contre ce projet.

“Besoin de saveurs”, les vapoteurs néerlandais se mobilisent

Alors que les Pays-Bas affichaient jusqu’à présent une position plutôt neutre vis-à-vis du vapotage, le gouvernement entend durcir sa politique. Lors de la présentation d’un plan visant à aboutir à une « génération sans tabac » d’ici 2040, le secrétaire d’État au ministère de la Santé, du Bien-être et des Sports hollandais, Paul Blokhuis (photo), s’est directement attaqué à l’e-cigarette. En première ligne : l’interdiction totale des e-liquides aromatisés, à l’exception des goûts tabac, dès le printemps 2021. 

« Je pense qu’une génération sans tabac devrait aussi être une génération sans e-cigarette », déclarait-il dans sa lettre d’intention. Pour justifier l’interdiction des e-liquides aromatisés, Paul Blokhuis se réfère, comme beaucoup d’autres, à la fumeuse théorie de « l’effet passerelle ». Les associations spécialisées et les vapoteurs n’ont pas tardé à réagir. Ils lancent aujourd’hui une série d’actions de mobilisation, à commencer par l’ouverture d’un site internet destiné à recueillir des témoignages et des signatures pour une pétition. 

Les vapoteurs invités à témoigner

Sous l’intitulé « Les saveurs sont nécessaires », le site web encourage les citoyens néerlandais à solliciter leurs députés. « Vous souhaitez empêcher l’interdiction des e-liquides aromatisés ? C’est le seul et dernier moment où vous pouvez intervenir ! » expliquent l’association de défense des vapoteurs ACVODA et la fédération des professionnels indépendants de la vape ESIGBOND, à l’origine du projet. « À La Haye, ils établissent les lois qui affectent directement VOTRE vie. Mais ils ne réalisent pas leurs conséquences pour vous ! Faites-leur savoir ce que l’interdiction des arômes signifie pour vous, et comment ces e-liquides vous ont aidé à vous débarrasser du tabagisme », poursuivent-elles.

Bien conçu, le site web dresse la liste de tous les partis politiques du pays, sous forme de cases à cocher. Les internautes sont ainsi invités à sélectionner les représentants de leur choix et à leur adresser leur propre témoignage – l’e-mail des députés concernés se complète automatiquement. « Plus nous serons nombreux à faire entendre notre voix, plus il y a de chance que cette interdiction ne soit pas adoptée. Ensemble nous sommes plus forts ! », exhorte Sander Aspers, le président d’ACVODA.

Ce premier volet de mobilisation est accompagné d’une pétition en ligne, pour refuser l’interdiction des e-liquides aromatisés. Sachez d’ailleurs que tout citoyen européen est en droit de la signer afin de donner davantage de poids à cette initiative. N’hésitez pas à apporter votre pierre à l’édifice ! La pétition sera adressée au parlement néerlandais. Troisième initiative : la collecte de témoignages de vapoteurs, sur l’importance des arômes dans leur propre pratique ou leur arrêt de la cigarette.

Un vrai enjeu européen

« De nombreux vapoteurs sont fiers d’avoir cessé de fumer. Pour ces gens, c’est une gifle d’être marginalisés de cette façon pour donner le sentiment qu’ils font quelque chose de mal. Cela explique leur colère, explique Eveline Hondius. L’interdiction des arômes serait désastreuse pour le grand nombre de fumeurs qui désirent arrêter de fumer, et les vapoteurs qui ont arrêté de fumer grâce au vapotage. L’intention d’interdire les saveurs semble provenir d’un besoin de contrôle, mais en fait, le secrétaire d’État perdrait de son emprise si les arômes disparaissaient du marché légal vers le circuit illégal. »

Nous sommes déjà revenus en détail sur les arguments avancés par Paul Blokhuis ou, plus précisément, sur leur absence de fondement. Effet passerelle, supposée attirance des jeunes pour les e-liquides aromatisés… Autant d’arguments qui ont été contredits par les recherches les plus récentes. Notamment cette cette étude qui suggère que les vapoteurs ont 2,3 fois plus de chances d’aboutir à un arrêt du tabagisme avec les liquides aromatisés qu’avec les seuls goûts tabac.

Alors que se profile le réexamen de la TPD, la position néerlandaise a de quoi inquiéter. Paul Blokhuis l’a précisé dans sa proposition : il veut introduire une taxe sur les flacons, nicotinés ou non, et il se dit tout à fait favorable à la perception de droits d’accise sur les produits de vapotage. Ce à quoi l’European Tobacco Harm Reduction Advocates (Ethra) a répondu en adressant une lettre, étayée d’avis scientifiques, au gouvernement néerlandais. Vapoteurs de tous pays : redoublez donc de vigilance !