Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Vers une interdiction totale des e-liquides aromatisés aux États-Unis

Coup de tonnerre dans le marché de la vape aux États-Unis. Après avoir été interdits dans certains États, puis réintroduits après l’appel de vape shops, les e-liquides aromatisés sont en passe d’être définitivement bannis du territoire. La FDA serait en effet sur le point de rendre son verdict dans les jours qui viennent.

Vers une interdiction totale des e-liquides aromatisés aux États-Unis

C’est l’arlésienne depuis la rentrée. Aux États-Unis, le spectre d’une interdiction totale de la vente des e-liquides aromatisés plane au-dessus de la vape. Accusés de rendre les jeunes accros à la nicotine, ces e-liquides sont dans le collimateur de la Maison Blanche. Donald Trump aurait ainsi déclaré, en septembre dernier, « qu’il ne peut pas laisser tomber les gens malades, ni les enfants être si affectés ». Dans la foulée, il a donc demandé à la Food & Drug Administration (FDA) d’élaborer « un plan pour retirer du marché les e-cigarettes aromatisées », et ne laisser sur le marché que les saveurs tabac ou mentholées.

Des interdictions jusque-là circonscrites à certains États

L’actualité l’a ensuite démontré, la FDA s’est montrée plutôt prudente quant à la mise en œuvre de ce plan d’action à l’échelle nationale. Ce sont donc des gouverneurs qui ont pris la décision individuelle de bannir les liquides aromatisés dans certains États. Une bataille judiciaire s’en est suivie, des vape shops ayant fait appel, et l’interdiction été suspendue dans quatre États

Pour autant, de nombreuses associations sanitaires ont maintenu la pression sur les pouvoirs publics, les enjoignant à élargir l’interdiction à tout le territoire. « Gardez le cap, dans le projet d’interdiction des e-liquides aromatisés », ont-elles conjointement écrit dans une lettre adressée à Alex Azar, le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux. Elles prônent notamment l’interdiction des saveurs menthol : « Ce sont des arômes dangereux pour les adolescents, ils ont tendance à refroidir le goût en bouche, ce qui les aide à mieux tolérer le goût âpre de la nicotine. »

Un enjeu politique

En toile de fond, le sujet est devenu un enjeu politique. Des médias américains suspectent ainsi le gouverneur du Montana Steve Bullock d’avoir interdit les e-liquides aromatisés afin de gagner en visibilité au plan national. Le site d’informations Axios estime quant à lui que Donald Trump est sorti du débat ces dernières semaines afin de ne pas froisser les vapoteurs, l’élection présidentielle approche. C’est ce que lui aurait demandé Brad Parscale, son directeur de campagne, en s’appuyant sur des sondages ultra-précis dans des États-clés

Il semblerait toutefois que la situation se soit accélérée en ce début de semaine. Donald Trump aurait été briefé par des hauts responsables de la santé, lui indiquant que la FDA s’apprête à rendre sa décision. On s’orienterait ainsi vers une loi interdisant tous les e-liquides aromatisés sur le territoire, à l’exception des goûts tabac et menthol. Cela correspond d’ailleurs au récent choix de Juul, qui a retiré tous ses pods aromatisés du marché américain, sauf les saveurs mentholées et tabac.