Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Les eurodéputés adoptent le Plan pour vaincre le cancer

Le 9 décembre dernier, les eurodéputés ont adopté dans leur totalité les 145 amendements du « Plan pour vaincre le cancer ». Si l’efficacité de l’e-cigarette y est reconnue, subsiste la menace d'une interdiction des e-liquides aromatisés et de la mise en place d'une taxe.

Les eurodéputés adoptent le Plan pour vaincre le cancer

Identifié comme l’un des plus grands défis de tous les États membres, le cancer pourrait augmenter de plus de 24 % dans l’Union européenne et devenir la principale cause de mortalité d’ici 2035. C’est pour mieux le combattre en unissant leurs forces que le Parlement européen a publié le 3 février dernier son « Plan pour vaincre le cancer ». Prévention, recours aux nouvelles technologies, dossiers informatisés, formation des médecins… Si la volonté de moderniser la lutte est à saluer, le projet vise aussi à réglementer plus strictement « les nouveaux produits », la vape en particulier. 

L’e-cigarette reconnue comme efficace… mais comme douteuse aussi

Réunis le 9 décembre, les membres du comité BECA (Beating Cancer) ont adopté les 145 amendements de compromis ajoutés au rapport de Véronique Trillet-Lenoir. Au final, le plan souffle le chaud et le froid sur la vape, au point d’adopter une position schizophrène. S’il reconnaît que « les cigarettes électroniques pourraient permettre aux fumeurs d’arrêter progressivement », il demande aussi à la Commission de « poursuivre l’évaluation de [leurs] risques pour la santé ».

L’idée d’interdire les e-liquides aromatisés n’est pas écartée non plus. « La commission considère que les e-cigarettes ne devraient pas être attractives pour les mineurs et les non-fumeurs, poursuit le texte. Les eurodéputés appellent à l’évaluation, dans le cadre de la révision de la Tobacco Products Directive (TPD), des arômes particulièrement attractifs pour [ces populations] et d’envisager leur interdiction ».

En clair, l’adoption de ces amendements ouvre la porte à une possible interdiction des e-liquides aromatisés. Le plan pour vaincre le cancer sera définitivement soumis aux eurodéputés au début de l’année prochaine. La révision de la TPD pourrait ensuite enfoncer le clou avec la mise en place éventuelle de droits d’accise sur la vape.

Des conséquences indésirables en termes de santé publique

Les associations provape montent au créneau. L’ETHRA avait contesté la première la pertinence de cette approche, dans un communiqué de novembre dernier. Ce regroupement européen rappelle l’importance des arômes, « utilisés à 94,6 % par les vapoteurs actuels » et essentiels dans l’efficacité de la vape selon de nombreuses études scientifiques. 

« Nous estimons que des interdictions d’arômes de vape excèdent le domaine du Plan Cancer et auraient des conséquences indésirables en termes de santé publique, ajoutent les associations Sovape et Aiduce. Elles entraveraient violemment la sortie et le maintien hors du tabagisme de ceux qui optent pour le vapotage »

Si les amendements votés n’ont que peu de conséquences immédiates, ils associent dans un même rapport officiel la notion de « cancer » et « d’e-liquides aromatisés ». Un pas qui pourrait servir de base à d’autres restrictions.