Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

La FDA publie la liste des produits de vape autorisés

Longtemps attendue, la liste des produits de vapotage autorisés aux États-Unis a été publiée par la Food & Drug Administration (FDA). Depuis le 9 septembre 2020 et l’entrée en vigueur de la PMTA, seuls les produits ayant fait l’objet d’une demande d’autorisation de commercialisation peuvent figurer sur les présentoirs des revendeurs américains. Mais avec près de six millions de références brutes, pas sûr que cette base soit pratique à utiliser...

La FDA publie la liste des produits de vape autorisés

Un nouveau chapitre s’écrit dans l’affaire de la PMTA (Premarket Tobacco Application). Après de multiples reports liés à la pandémie de Covid-19, l’échéance pour présenter les demandes d’autorisation de commercialisation (PMTA) avait finalement été fixée au 9 septembre 2020. Passé cette date, avait décidé le juge fédéral Paul Grimm, seuls les produits disponibles sur le marché avant le 8 août 2016 et ceux ayant fait l’objet d’une demande de PMTA seraient autorisés à la vente. Face à cette perspective, des associations antivape ainsi que des fédérations de vape shops avaient alors demandé à ce que la liste soit rendue publique. En particulier pour travailler en toute légalité. Il aura fallu huit mois à la FDA pour répondre à ces attentes. La fameuse liste est disponible sur son site web, avec plus de six millions d’entrées.

6 millions de références pour les produits de vape

La liste, ou plutôt les listes : en naviguant sur le site web de la FDA, on découvre en effet une quinzaine de fichiers CSV individuels de plusieurs mégaoctets. Dans ces documents sont recensés les produits de centaines d’entreprises, chacun d’entre eux devant faire l’objet d’une demande séparée. La moindre variante y est donc référencée à de multiples reprises, comme l’e-liquide « Berry Burst » de Big Time Vapes, qui se décline en 174 références selon la taille des flacons, la teneur en nicotine ou le taux de PG/VG. 

En clair, si les vape shops demandaient un outil simple pour vérifier la conformité d’un produit, ils devront encore… le créer. Bien sûr, il n’est pas impossible de fusionner tous les fichiers et de lancer des recherches manuelles, mais l’exercice pourrait se révéler fastidieux. Pire, la FDA affirme que « la liste n’est pas exhaustive ». Elle ne comprend pas les produits qui ne sont pas encore mis en vente, mais pour lesquels une demande de PMTA a été soumise. Ni les e-liquides actuellement interdits, qui peuvent malgré tout faire l’objet d’une demande d’autorisation.