Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

États-Unis : Juul poursuivi par plusieurs districts scolaires

Les tourments judiciaires s'accumulent pour Juul. Accusée d’avoir rendu les mineurs accros à la nicotine, la start-up américaine est aujourd’hui poursuivie par les districts scolaires de plusieurs États afin de « rendre des comptes ». Ces derniers réclament en particulier un remboursement des frais engagés suite à la prolifération du vapotage auprès des jeunes.

États-Unis : Juul poursuivi par plusieurs districts scolaires

Les difficultés s’accumulent pour Juul. Accusée d’avoir rendu les adolescents américains accros à la nicotine, de ne pas respecter la législation européenne sur le recyclage et, plus récemment, d’avoir commercialisé des pods contaminés aux États-Unis en toute connaissance de cause, voilà la start-up californienne poursuivie en justice par plusieurs districts scolaires. Des établissements du Missouri, du Kansas, de l’Arizona, de New York et de Californie demandent en effet à Juul de rendre des comptes, et exigent un remboursement des frais liés à la vogue du vapotage.

Les collèges et lycées exigent le remboursement des frais imputables à l’e-cigarette

Selon la plainte déposée la semaine dernière par le district scolaire du Missouri devant un tribunal fédéral, « cette épidémie de vapotage a exigé et continue d’exiger des dépenses importantes, comme l’installation de systèmes de détection de vapeurs dont le coût s’élève à 40 000 dollars, mais aussi l’embauche de personnel à temps plein pour surveiller les couloirs ».

Un second district scolaire réclame quant à lui 75 000 dollars de dommages et intérêts. Dans sa plainte, il évoque en particulier le nombre d’incidents disciplinaires passé de trois à plus de deux cents par an, avec, là aussi, la nécessité d’embaucher du personnel supplémentaire pour traquer les vapoteurs.

Juul accusé de rendre les ados accros à la nicotine

Juul est également accusé de « négligence grave » pour avoir encouragé les mineurs à essayer l’e-cigarette, via des campagnes marketing agressives. Le 26 novembre, l’État de Washington, à son tour, a intenté une action en justice contre la start-up, après des plaintes similaires déposées à New York et en Californie. Son procureur général, Karl Racine, reproche à l’entreprise de créer « une nouvelle génération dans l’addiction à la nicotine ». Il évoque notamment le sponsoring de plusieurs influenceurs sur Instagram et Facebook, rémunérés pour promouvoir les produits de la marque. 

Selon une étude de l’American Medical Association, 27,5 % des lycéens et 10,5 % des collégiens américains déclarent avoir vapoté au cours du mois d’octobre dernier. Juul rappelle avoir déjà suspendu toutes ses publicités aux États-Unis et avoir retiré de la vente ses produits aromatisés, y compris sur son site web.