Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Décès de Jean-Yves Nau, défenseur de la vape

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de Jean-Yves Nau. Médecin, mais aussi chroniqueur pendant près de quarante ans dans la presse et sur le Web, il fut une plume aussi reconnue qu’indispensable pour protéger le bien commun. Le monde de la vape perd aujourd’hui l’un de ses plus ardents défenseurs.

Décès de Jean-Yves Nau, défenseur de la vape

Exigeant, curieux de tout et fervent défenseur du bien commun, Jean-Yves Nau s’est éteint le 8 novembre, à 68 ans. D’abord instituteur, avant de se consacrer à des études de médecine, il a aussi été journaliste au Monde, de 1980 à 2009, où il traitait des questions scientifiques. Collaborateur régulier de la Revue médicale suisse et de La Nouvelle République du Centre Ouest, il avait rejoint l’équipe scientifique de la version française du magazine Slate en février 2009.

Plume libre, il publiait très régulièrement des chroniques sur son blog personnel, Journalisme et santé publique. Il fut l’un des premiers et des plus ardents défenseurs de la vape, menant le combat pour rétablir la vérité scientifique et soutenir la réduction des risques en matière de tabagisme.

En mars dernier, il fut ainsi l’une des premières voix à s’élever pour réclamer la réouverture des vape shops, au début du confinement. Il a également dénoncé les « confondantes approximations » des pouvoirs publics et des institutions internationales en charge de la réglementation et du destin de la vape. Et il a œuvré pour que toute la lumière soit faite dans l’épidémie de maladies pulmonaires survenues aux États-Unis, et injustement attribuées au vapotage. 

Cosignataire d’un ouvrage avec le professeur Bertrand Dautzenberg, il soutenait aussi l’exclusion des produits de vapotage de la « directive tabac », au profit d’un législation qui leur serait spécifique. 

Le dernier billet de son blog, sobrement intitulé « Petit message porté à l’attention des fidèles lecteurs de ce blog », évoquait l’interruption des publications quotidiennes « durant quelques jours, le temps, pour les lecteurs et l’auteur, de faire une courte pause ». Ses derniers mots, le fameux « à demain » qui concluait chacun de ses articles, s’écrivaient, pour la première fois, entre guillemets. 

Son ami et parrain de son fils, Jean-Daniel Flaysakier, a annoncé sa disparition sur Twitter. « C’était un ami, un frère. À Ingrandes de Touraine, le Bourgueil a aujourd’hui le goût salé des larmes ». Sa voix, son esprit et la finesse de ses analyses vont nous manquer. La rédaction présente ses condoléances à sa famille et ses proches.