Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Covid-19 et vape : la FDA fait machine arrière

Il aura fallu un mois à la Food & Drug Administration (FDA) pour reconnaître son erreur. Alors que l’un de ses principaux administrateurs avait sous-entendu que le vapotage pouvait avoir aggravé l’épidémie de coronavirus, et face au tollé qu’une telle déclaration a provoqué dans la communauté scientifique, l’agence corrige le tir.

Covid-19 et vape : la FDA fait machine arrière

Le 23 mars dernier, le chirurgien général des États-Unis et administrateur de la santé publique Jerome Adams sous-entendait que le vapotage pouvait avoir aggravé l’épidémie de coronavirus aux États-Unis et en Europe. Une affirmation qui ne repose sur aucune preuve scientifique, reprise ensuite par Bloomberg News.

Pire, l’agence de presse interroge au passage Michael Felberbaum, porte-parole de la FDA, qui enfonce le clou. « Les personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents, comme des problèmes cardiaques ou pulmonaires, pourraient encourir un risque accru de complications graves du Covid-19, déclare-t-il, et cela inclut les personnes qui fument ou vapotent des produits contenant de la nicotine. »

Une fake news aux conséquences possiblement dramatiques

Conséquence prévisible : un tollé parmi les experts médicaux. Treize d’entre eux ont adressé une lettre à la FDA pour dénoncer son irresponsabilité. En particulier, ils s’inquiètent du risque pour les vapoteurs de revenir vers la cigarette combustible, face à un message aussi dramatiquement mensonger. « Il est particulièrement important de prodiguer [aux vapoteurs] des conseils avec un grand soin. Sur quelle base la FDA s’appuie-t-elle pour décourager ces individus de vapoter, dans la mesure où la seule alternative serait pour eux de revenir au tabac ? » s’interrogent-ils.

Un aveu tardif et pas totalement satisfaisant

Un mois plus tard, la FDA reconnaît enfin son erreur. Tout du moins, à demi-mot. Alison Hunt, responsable de la communication de l’agence américaine, indique ainsi dans un communiqué que « l’utilisation de l’e-cigarette pourrait exposer les poumons à des produits chimiques toxiques, mais on ignore si ces expositions augmentent le risque de Covid-19 ». La FDA enjoint par ailleurs Bloomberg à publier un rectificatif, ce que l’agence de presse a fait dans la foulée sous le titre « La FDA change sa position sur l’impact du vapotage et du tabagisme face au Covid-19 »

Un aveu tardif et qui ne lève pas toutes les ambiguïtés. Mais on devra s’en contenter, dans un média qui est la propriété de Michael Bloomberg, celui-ci n’ayant jamais caché être « en guerre » contre la vape.