Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Sondage : l’e-cigarette, substitut préféré des Français

Les enquêtes sur le comportement des Français durant le confinement se multiplient. Après celle de Santé publique France, qui montrait une hausse de la consommation de tabac, c’est au tour du Petit Vapoteur d’interroger les fumeurs. Plus d’un quart d’entre eux auraient ainsi essayé de rompre avec le tabagisme, et 28,03 % des réussites seraient imputables à la cigarette électronique.

Sondage : l’e-cigarette, substitut préféré des Français

Organisé entre le 26 et le 27 mai 2020 auprès de mille fumeurs, un sondage en ligne réalisé par Le Petit Vapoteur s’intéresse à la consommation de tabac pendant le confinement. Il a été motivé par les résultats d’une étude de Santé publique France, menée deux mois plus tôt. Celle-ci indiquait que plus d’un quart des fumeurs (27 %) auraient augmenté leur consommation de tabac. 

Une hausse de la consommation de tabac, mais 25,65 % de tentatives d’arrêt

Premier enseignement : cette tendance à la hausse se confirme. Et elle apparaît même plus marquée. Pour 39,08 % des sondés, en effet, la consommation de tabac aurait augmenté pendant la période de confinement. Ils seraient tout de même 43,89 % à l’avoir stabilisée et 17,03 % à l’avoir diminuée. L’habitude (58,15 %), le manque d’activité professionnelle (31,75 %), l’inquiétude liée au contexte sanitaire (25,68 %) et le stress du travail à la maison (24,02 %) sont les raisons le plus souvent avancées.

Autre résultat très important : 25,65 % des personnes interrogées auraient essayé d’arrêter la cigarette durant le confinement. Une motivation vraiment exceptionnelle, qui se serait soldée positivement : 22,66 % des tentatives auraient abouti à un arrêt total et 38,67 % à une « réussite partielle ». Cette motivation et cette réussite, Sébastien Beziau les attribue sur VapYou au temps. « Pour arrêter de fumer, il faut avoir le temps ! Le temps d’y penser, le temps de se renseigner, de regarder comment s’y prendre, le temps de faire autre chose pour compenser », explique-t-il. 

Deux fois plus de chances d’arrêter de fumer avec la vape

Et en matière de compensation, un substitut s’élève largement au-dessus des autres. Si 40,76 % des sondés indiquent qu’ils se sont plongés dans le sport, la cigarette électronique a été plébiscitée à 28,03 %. Un engouement bien supérieur à celui suscité par le « dispositif » suivant, les patchs, qui ne sont cités qu’à 18,47 %. On pourrait croire que l’espace de publication du sondage, un vape shop, pourrait influencer une telle répartition. Celle-ci rejoint pourtant très nettement les chiffres déjà publiés par Santé publique France dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 29 mai 2018. Ces données montraient que 26,9 % des fumeurs avaient recours au vapotage et 18,3 % aux substituts nicotiniques. 

Rappelons également qu’en février 2019, une étude publiée par le New England Journal of Medicine démontrait que l’on a deux fois plus de chances d’arrêter la cigarette avec la vape, par rapport à tous les autres substituts nicotiniques. 

Dernier enseignement de l’enquête du Petit Vapoteur, 52,44 % des personnes interrogées disent avoir encore l’intention d’arrêter, « sans savoir quand », et 12,6 % « après la crise ». Des perspectives encourageantes, et qui donnent tout leur sens aux dispositifs d’accompagnement existants en matière de vapotage. Une piste à creuser pour la cinquième édition du Mois sans tabac, prévue pour novembre prochain ?