Seri RDA, jamais deux sans trois

Avec ce nouveau dripper, Hellvape envoie du lourd. Son imposant plateau, promesse d’une grosse vape, peut en effet accueillir jusqu’à trois coils montés en série et supporter jusqu’à 200 W.

Seri RDA, jamais deux sans trois

Depuis juillet 2017, date de sortie du premier Dead Rabbit, développé en collaboration avec le reviewer Heaten, Hellvape n’a cessé de remplir les terriers de lapins morts ou obèses. Aujourd’hui, c’est au tour du Seri RDA. Un modèle qui rompt avec la tradition, non seulement par son appellation, mais aussi par son architecture à montage en série. Une spécificité qu’on ne trouve qu’en option et encore, c’est rare sur quelques autres drippers.

Déballage

Une fois la boîte à chemise coulissante ouverte, on découvre le contenu suivant : le dripper, trois coils Fused Clapton Ni80 0,2 Ω, autant de lacets de coton, une cloison pour montage dual, un pin BF, un gabarit de coupe, des outils, des vis et joints de rechange ainsi qu’un manuel.

Comme d’habitude chez Hellvape, la finition n’appelle pas la moindre critique, l’usinage est très propre et la tolérance des joints parfaite. Le drip-tip 810 en delrin noir est assez haut, agréable en bouche mais un peu tristounet d’apparence. La bague d’airflow à rotation contrainte est percée de deux séries de cinq fentes obliques, diamétralement opposées, que l’on pourra aligner avec les ouvertures de la cloche, celle-ci pouvant également tourner sur le plateau jusqu’à une certaine limite, ergots obligent.

En revanche, les contraintes de rotation empêchent de bien aligner les orifices à demi ouverts avec les coils comme sur le Dead Rabbit V3, les deux ne tournant que dans le sens antihoraire. Dommage. L’originalité de ce modèle réside surtout dans son plateau. Celui-ci dispose de six plots en série dotés de vis à tête fendue. Détail notable : les deux plots centraux
sont légèrement surélevés par rapport aux autres, ce qui leur permet de bénéficier d’un flux d’air efficace.

La cuve apparaît suffisamment profonde (6 mm) pour offrir une bonne réserve de juice, et le pin 510, bien isolé, dépasse assez pour envisager une utilisation sur méca hybride.

Montage

Le Seri RDA est ici monté avec les coils Fused Clapton Ni80 liv rés d’origine : 0,45 Ω en dual, 0,73 Ω en triple. Pour une configuration « dual », la cloison métallique devra être fixée sur les plots centraux afin
d’assurer la continuité électrique. Les plots n’étant pas traversants, des pattes de 5 mm permettront de placer les coils à bonne hauteur.

Utilisation

Montage et cotonnage sont très faciles, comme sur tout RDA. Contrairement à ce que l’on observe avec les plateaux classiques, le montage en série va additionner les résistances de chaque coil fixé, la masse de métal ainsi constituée. nécessitant une tension d’utilisation bien supérieure par rapport à d’habitude.

C ’est typiquement un dripper qui conviendra en priorité à un tube méca
stacked (ou box méca avec accus en série), la tension cumulée de 8,4 V étant parfaitement adaptée au montage. Pour qui préfère utiliser une box électro, un modèle double accu s’avérera indispensable et, surtout, avec un chipset assez performant pour sortir une tension suffisante, plus qu’un wattage élevé. 

Ouvert à fond, le Seri RDA offre une vape très aérienne, avec un airflow doux et peu bruyant. Seul regret : l’impossibilité d’aligner correctement les orifices sur les coils quand on ferme à 50 %. En faisant tourner la cloche, on arrose le coton, mais pas les coils… Reste que les saveurs sont très bien restituées, aussi bien en configuration dual que triple, grâce aussi au coil central, judicieusement surélevé par rapport aux autres.

Notre avis

Un RDA original et efficace, qui bénéficie d’une belle qualité de fabrication. Le Seri est doté d’un système d’airflow qui remplit son rôle et offre un très bon rendu de saveur. Son montage en série, qui change de la production habituelle, en fait un dripper idéal pour box ou tubes méca série et, plus globalement, pour les amateurs de grosse vape.

Dimensions : 39,1 x 26mm 

Poids : 51g

Drip-tip : 810

Pin BF : fourni

Le Seri RDA permet de réaliser des montages triple coil en série. Il autorise également les montages dual coil, qui imposent l’utilisation d’une cloison métallique.
Le montage en série triple coil : R (total) = RA +RB +RC

 Montage en parallèle ou en série, qu’est-ce que ça change ?

Sur un plateau classique à montage en parallèle, la tension injectée dans le circuit est identique lorsqu’elle arrive simultanément à chaque coil,
alors que l’intensité délivrée à chacun est divisée
par le nombre de coils.

À l’inverse, sur un plateau à montage en série, le courant traverse chaque coil l’un après l’autre, et la tension reçue par chacun est divisée par le nombre de coils, tandis que l’intensité reste constante.

Les coils en série se comportent en fait comme un gros coil unique. Sachant que la plage de tension idéale pour le “sweet spot” d’un coil est de 3,6 à 4,2 V, ceci implique une tension requise de 7,2 à 8,4 V en dual, et de 10,8 à 12,6 V en triple.

Une box ou un tube méca additionnant les tensions des accus, le montage série est donc idéal et permet d’obtenir plus facilement la résistance minimale recommandée (0,5 Ω en double accu, 0,8 Ω en triple accu). En revanche, ça limite aussi le choix en matière de box électro, car peu d’entre elles sont capables de délivrer cette tension.