Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Le Venezuela, chef de file de la vape en Amérique du Sud

Jusqu’à présent, l’Amérique du Sud affichait une position globalement hostile à la vape. Pourtant, les lignes pourraient bouger grâce à la persévérance d'une association vénézuélienne. Le gouvernement du pays s’est en effet engagé à lancer une consultation publique pour une « réglementation équitable » de l’e-cigarette.

Le Venezuela, chef de file de la vape en Amérique du Sud

L’Amérique du Sud et la vape ont une relation compliquée. Il est désormais interdit de vapoter dans les lieux publics de tous les pays de la région, depuis un décret présidentiel signé au Paraguay en janvier 2021. De nombreux États vont plus loin encore, et interdisent l’importation, la distribution, la commercialisation et la publicité de l’e-cigarette et des produits de vapotage. C’est notamment le cas de l’Argentine ou du Brésil, où les lois sont très strictes, et du Mexique dans une moindre mesure.

Dans ce contexte, le Venezuela pourrait bien faire bouger les lignes. Mariam Bolívar, présidente de l’Association du Vapeo de Venezuela, a revendiqué une victoire importante pour son association provape. « Le Venezuela pourrait devenir le premier pays d’Amérique latine à adopter une vraie réglementation en faveur de la vape », déclare-t-elle sur son compte Instagram. Le gouvernement a en effet publié au Journal officiel, le 26 mars 2021, le lancement d’une consultation publique « pour la nécessité d’une réglementation équitable de l’e-cigarette ».

« Le premier pays d’Amérique latine avec une réglementation favorable à l’e-cigarette »

« En 2019, j’ai décidé de m’aventurer sur un chemin pour atteindre un objectif dans la communauté des vapoteurs : faire de mon pays le premier en Amérique latine à adopter une réglementation favorable à l’e-cigarette, poursuit Mariam Bolívar. Celle-ci pourrait ouvrir la voie à d’éventuelles réglementations dans d’autres régions. Nous avons aujourd’hui fait un pas décisif vers cet objectif. »

La consultation publique devrait ainsi permettre aux vapoteurs vénézuéliens d’exposer leur rapport à l’e-cigarette. Et, surtout, de défendre une réglementation plus juste.« J’appelle les revendeurs de mon pays à rejoindre notre association et à suivre les lignes directrices qui ont permis ce succès, ajoute Mariam Bolívar. Je tiens à souligner que seuls les commerçants et les importateurs correctement régis par cette future réglementation en bénéficieront. À vous de prendre part au progrès, pour ne pas être victime des réglementations prohibitives et de tant de cas de persécution dans les pays voisins. »

En Amérique latine, les perspectives de développement de la vape sont très favorables. Le cabinet Mordor Intelligence table ainsi sur une progression de 5,46 % du taux de croissance annuel d’ici 2025. Au Venezuela, on compte près de trois millions de fumeurs âgés de 15 ans ou plus, sur une population totale de 28,5 millions de personnes, selon Tobacco Atlas.