Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Le premier vape shop mobile sillonne les routes d’Écosse

Las de voir sa boutique vandalisée, au nord d’Édimbourg, un Écossais de 43 ans a eu l’idée d’ouvrir le premier vape shop mobile. L'objectif de Demis Cunningham : partir à la rencontre des vapoteurs. Au volant de son camping-car acheté d'occasion, il est au moins sûr d'une chose : si un reconfinement doit survenir, lui restera opérationnel.

Le premier vape shop mobile sillonne les routes d’Écosse

Ancien psychologue légiste, mais aussi ancien fumeur, Demis Cunningham (photo) a été si convaincu, à titre personnel, des bienfaits de la vape qu’il a décidé de se reconvertir. Il a ainsi ouvert son propre vape shop dans le centre-ville de Crieff, à 30 km de Perth, au nord d’Édimbourg, en Écosse. Mais quelques mois seulement après l’ouverture, son commerce a été cambriolé et les voleurs sont repartis avec la caisse et l’essentiel du stock. De quoi entamer sérieusement sa motivation.

Se réinventer pour aller à la rencontre des vapoteurs

Face à un loyer qui montait en flèche, à ce sentiment d’insécurité mais aussi au confinement qui l’a contraint à fermer, Demis a imaginé une nouvelle solution. Il a ainsi emprunté 15 000 £ (16 600 € environ) à la banque pour investir dans un camping-car d’occasion. Entièrement réaménagé pour accueillir un à deux clients à la fois et leur présenter une vaste gamme de produits, il sillonne à présent les routes du comté du Perthshire à bord du premier vape shop mobile.

« Après le cambriolage, je luttais entre ma santé mentale, mon bien-être et le stress lié à la gestion de la boutique, confie-t-il à un journal britannique. Mais pendant le confinement, je savais que j’avais vraiment envie de poursuivre l’aventure, et je recevais de plus en plus d’appels de clients me demandant des livraisons à domicile. J’ai donc décidé de mettre la boutique sur la route. »

Outre l’achat et l’aménagement de son véhicule, Demis a sollicité les autorisations nécessaires à l’exercice d’un commerce itinérant. « Ma demande de licence a dû passer par divers membres des conseils municipaux locaux, y compris des représentants de police, explique-t-il. C’était vraiment nouveau pour eux aussi, je pense qu’ils ont dû demander à d’autres autorités locales si elles avaient déjà traité quelque chose d’équivalent auparavant. » 

Demis a ainsi reçu le soutien des conseils municipaux de Perth et Kinross, deux des plus grandes villes du comté. Dans ces régions parfois isolées, à la faible densité de population, abritant de multiples Loch et châteaux en ruine, une telle boutique itinérante est vue comme une aubaine pour démocratiser le vapotage. Rappelons que les autorités du Royaume-Uni soutiennent depuis de nombreuses années déjà la vape en tant qu’aide au sevrage tabagique.