Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Interdiction totale du vapotage aux Philippines

Le président des Philippines Rodrigo Duterte a annoncé l’interdiction totale du vapotage dans le pays, à compter du 19 novembre. Il a même déployé de grands moyens, policiers et militaires, pour arrêter tout vapoteur pris en flagrant délit.

Interdiction totale du vapotage aux Philippines

En mai 2017, le président Rodrigo Duterte avait déjà interdit le tabac dans les lieux publics aux Philippines. Il faut dire que la cigarette est un fléau dans cet archipel de l’Asie du Sud-Est. Avec 105 millions d’habitants, le pays comptait 17 millions de fumeurs quotidiens en 2014. Mais à 50 centimes d’euro le paquet en moyenne, et des ventes de cigarettes souvent réalisées à l’unité, les mesures n’étaient pas très dissuasives.

Lui-même ancien fumeur, Rodrigo Duterte a donc durci le ton depuis son arrivée au pouvoir, en 2016, face à ce qu’il qualifie de « diable addictif ». Depuis la promulgation de son décret, ceux qui fument en public s’exposent à quatre mois de prison ferme et à 5 000 pesos d’amende (soit près de 90 euros).

Le dangereux amalgame entre tabac et vape

Mais le gouvernement fait aujourd’hui un amalgame entre tabagisme et vapotage. Le 19 novembre, Rodrigo Duterte a ainsi annoncé l’interdiction totale de l’e-cigarette dans tout le pays. Il a même sommé la police et l’armée d’intervenir et de sanctionner tous les contrevenants pris en flagrant délit. Pourtant, selon l’AFP, aucun texte officiel n’a été rendu public depuis l’annonce. Nul ne connaît, par exemple, le cadre de l’interdiction, ni les risques encourus. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que pour le président philippin, l’e-cigarette est « toxique » et qu’elle contribue à « diffuser des produits chimiques dans le corps des utilisateurs ».

Le ministre de la Santé du pays s’est récemment fait l’écho de l’hospitalisation d’une adolescente de 16 ans suite à une maladie pulmonaire. Il l’impute à la cigarette électronique, sans apporter de preuve pour autant. Emer Rojas, responsable d’une association anti-tabac, la New Vois Association of the Philippines, a par ailleurs déclaré que « malgré la récente apparition de la vape, de nombreux décès lui sont déjà imputables dans le monde, alors que le tabagisme a demandé des années d’abus avant de tuer qui que ce soit ». Une évidente contre-vérité.

La vape jugée « plus dangereuse » que le tabac

Selon l’American Cancer Society, les Philippines ont un rapport au tabac particulièrement dramatique. La moyenne des fumeurs y est 33,9 % plus élevée que celle des autres pays, avec 1,34 % des enfants âgés de 10 à 14 ans qui fument déjà. Le nombre de décès liés au tabac est 22,65 % plus élevé que la moyenne internationale, avec 117 000 morts par an. Malgré tout, même des associations spécialisées en viennent à juger le vapotage comme « plus dangereux ». Un début d’explication ? De nombreux cigarettiers ont déployé leurs usines dans le pays. Aux Philippines, on produit 85 milliards de cigarettes par an.