Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Test : le Blank RDA d’Asmodus

Les drippers se suivent et se ressemblent : simples de conception, ils profitent rarement d’innovations probantes. Certes, la mode du BF a brisé un temps cette petite routine, mais on s’est à nouveau rapidement retrouvé avec un goût permanent de déjà-vu. Alors, quoi de neuf avec le Blank RDA d'Asmodus ?

Test : le Blank RDA d’Asmodus

Asmodus, que l’on ne présente plus, ne faisait pas toujours exception à la règle. Pour preuve, quelques modèles tristement banals tels le Bunker, le Vault… Mais, en parallèle, le fabricant a souvent cherché à innover. Ce fut notamment le cas avec le C4 LP, aujourd’hui rejoint, voire dépassé, par le Blank RDA !

Un plateau classique et efficace

Le Blank n’innove pas franchement par son plateau de montage… Celui-ci comporte deux posts de type « wall-like » de chaque côté, profilés pour faire office de réducteurs de chambre au niveau de l’unique coil pouvant y être placé. Ils servent aussi à lui ramener l’air qui les traverse depuis le haut du top-cap. Sur chaque post, une petite encoche permet de passer les pattes du fil, de les bloquer avec une vis Allen, et de couper ce qui dépasse de la façon la plus simple qui soit. Tellement efficace !

Un top-cap taillé pour le BF

C’est ici que se situe l’innovation promise. Jusqu’à présent, le BF (bottom-feeder), c’était le moyen le plus pratique de dripper… et aussi de se mettre du liquide plein les mains dès qu’on appuyait trop fort sur la fiole en silicone ! On a même inventé le verbe « oversquonker » pour dénoncer ce phénomène récent. Ajoutons à cela que la plupart des fabricants de RDA ont souvent la mauvaise idée de placer les airflows très bas ; tout le monde s’était résigné !

Le Blank, lui, dispose d’airflows situés tout en haut. Et pas qu’un peu : ils sont six ! Ils ramènent l’air dans un disque en peek, juste sous le drip-tip. Deux larges ouvertures y ont été creusées afin qu’il poursuive sa course jusque dans les posts de montage, y rencontre le coil pour remonter jusqu’à nos papilles. La boucle est bouclée ! Avec ce système, il faudrait donc « oversquonker » au point de remplir tout le top-cap pour connaître les affres de la fuite. Autrement dit, le faire exprès !

Les six airflows, présentés eux aussi comme innovants (contrôle plus précis et évolutif du MTL au DL), sont peu convaincants à cet égard. En effet, ils semblent trop nombreux pour permettre de passer progressivement d’un tirage serré à aérien : en réalité, on passe de « très serré » à « très aérien », sans juste milieu. En revanche, aucun sifflement ni aucune turbulence.

La qualité Asmodus

Ce RDA de 24 mm de diamètre pour 33 mm de hauteur, doté d’un drip-tip 810 en delrin, est fabriqué en acier inoxydable de bonne qualité, sur lequel ils n’ont pas été radins ! En effet, ce RDA respire la robustesse, le métal est épais et la finition très valorisante.

Le design privilégie la simplicité, mais s’avère efficace, et reprend le logo de la marque gravé de chaque côté. L’usinage est suffisamment bien réalisé pour que la réduction des airflows, en tournant tout le top-cap, n’accroche jamais et préserve ainsi les joints toriques qui le maintiennent en place.

Notre verdict

Enfin un dripper qui gomme tous les inconvénients du BF, à un prix abordable. L’attelage disque en peek/posts type « wall-like » forme le système le plus efficace en matière de squonk. En revanche, le disque en peek aurait mérité un meilleur profilage pour une restitution optimale des saveurs.

Caractéristiques

• Diamètre : 24 mm

• Matériau : acier inoxydable, peek

• Type de de plateau : deux posts de type « wall-like »

• Type de montage : single coil

• Drip-tip : 810 en delrin

• Airflows : 6, ajustables par le haut