Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Le vapotage à nouveau ciblé par une étude aux États-Unis

Pas de répit pour la cigarette électronique ! Quelques semaines après la publication du rapport de l'OMS, une étude parue dans la revue Radiology met en cause le vapotage.

Le vapotage à nouveau ciblé par une étude aux États-Unis

Il suffirait d’une seule e-cigarette pour endommager les vaisseaux sanguins. C’est ce que suggère une étude menée par des chercheurs de l’École de médecine Perelman de l’Université de Pennsylvanie, publiée dans la revue Radiology. Il s’agissait pour cette équipe de scientifiques de mesurer les effets à court terme du vapotage sur le système vasculaire.

Un test réalisé avec une e-cigarette sans nicotine

L’expérience, conduite de mai à septembre 2018, a impliqué 31 individus non fumeurs (17 hommes et 14 femmes), âgés de 18 à 35 ans, et ne présentant pas d’antécédents cardiovasculaires. Le protocole était le suivant : une fois mesurée leur pression artérielle, les patients étaient soumis à des tests IRM avant et après consommation d’une e-cigarette (modèle ePuffer).

Précision notable : le liquide contenu dans cet appareil ne comportait pas de nicotine. Le test de vapotage consistait à prendre 16 bouffées de trois secondes. À la différence d’études précédentes, celle-ci ne se contentait pas d’une seule mesure du système vasculaire, mais étudiait les effets de l’inhalation d’aérosol sur différents lits vasculaires : cerveau, aorte et artère fémorale.

« Une altération transitoire de la réactivité vasculaire »

Résultat : les chercheurs ont constaté une réduction de la dilatation dans l’artère fémorale de l’ordre de 34 % en moyenne ; du flux sanguin de 17 % ; de la saturation en oxygène de l’hémoglobine de 20 % ; et une augmentation de 3 % de la vitesse de l’onde de pulsation aortique.

En résumé : « L’inhalation d’aérosols de cigarettes électroniques sans nicotine a entraîné une altération transitoire de la réactivité vasculaire et de la fonction endothéliale (NDLR : l’endothélium, qui est la couche interne des vaisseaux sanguins, a un rôle essentiel dans la circulation du sang). »

En attendant d’autres études sur les effets de la vape…

Le Dr. Alessandra Caporale, principale auteure de cette étude, en arrive à cette conclusion : « Les e-cigarettes sont présentées comme inoffensives, et beaucoup d’utilisateurs sont convaincus qu’ils inhalent seulement de la vapeur d’eau. Mais les solvants, les arômes et les additifs contenus dans la base du liquide, une fois vaporisés, les exposent à de multiples atteintes au niveau des voies respiratoires et des vaisseaux sanguins. »

Faut-il pour autant, comme le suggère l’OMS, bannir la cigarette électronique, cette solution que nombre d’études ont reconnue comme la plus efficace dans le processus de sevrage tabagique ? Certainement pas. Sur son blog, Jean-Yves Nau reprend la conclusion d’un article paru dans Le Quotidien du médecin : « La balance bénéfices/risques est loin d’être tranchée et la question de la place [NDLR : de la cigarette électronique] dans l’aide au sevrage reste entière. »