Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Imperial Brands investit dans la vape : le titre monte en Bourse

Figurant parmi les cinq plus grands groupes de tabac au monde, Imperial Brands s’était déjà intéressé à l’e-cigarette dès juillet 2014, en rachetant la marque Blu à l’Américain Lorillard, pour 7,1 milliards de dollars. Alors que son marché traditionnel apparaît en crise, sinon en mutation, le groupe vient d’annoncer son intention de développer son portefeuille de produits autour de la vape, avec des investissements de près de 200 millions de livres (223 millions d’euros) dans le domaine.

Imperial Brands investit dans la vape : le titre monte en Bourse

Depuis le 1er janvier 2019, l’action du groupe britannique Imperial Brands avait perdu plus de 17 % de sa valorisation, à la Bourse de Londres. Ce lundi 8 juillet, à l’annonce d’une réorganisation massive de sa politique de dividendes, le titre a finalement gagné près de 3 %, figurant ainsi en tête des hausses de l’indice FTSE 100 ce jour. L’objet de cette réorganisation ? L’abandon de l’objectif de croissance annuelle de 10 % des dividendes, pour se concentrer sur des rachats d’actions à hauteur de 200 millions de livres (223 millions d’euros) dans le domaine de la vape.

La vape, une nouvelle priorité

Pour Imperial Brands, il s’agit de consolider sa position dans le secteur de la cigarette électronique, alors que Juul, dont le groupe américain Altria est actionnaire depuis fin 2018, capte près de la moitié du marché US. La position d’Imperial Brands est particulière sur le marché français, depuis le rachat du franco-espagnol Altadis en 2008. Par ce rachat, le groupe a en effet hérité d’Altadis-Distribution, le successeur de la Seita, raflant ainsi la quasi-exclusivité de la distribution du tabac chez les buralistes dans l’Hexagone. Avec des ventes en baisse sur ce marché traditionnel, le géant doit réorganiser ses priorités. Le rachat d’actifs d’autres sociétés spécialisées dans la vape devrait lui permettre de tenir tête à deux grands rivaux, Philip Morris International et British American Tobacco, qui disposent de budgets en recherche et développement plus larges pour s’introduire sur ce marché.