Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Dans l’Ohio, c’est la vape ou le boulot !

À Dayton, dans l’Ohio, le consommateur de nicotine, qu’il soit fumeur ou vapoteur, est devenu persona non grata aux yeux de la municipalité. Si c’est pour du travail, qu’il aille voir ailleurs.

Dans l’Ohio, c’est la vape ou le boulot !

À Dayton, aimable communauté de 140 000 âmes dans l’Ohio, on ne fait pas de détail quand il est question de coûts et de productivité. Depuis le 15 juillet, la municipalité a en effet décidé de ne plus recruter de candidats consommant du tabac ou des produits nicotinés. Dans le collimateur : les fumeurs mais aussi les vapoteurs. Raison invoquée pour justifier cette mesure : « Les études montrent que les employés qui fument engendrent un surcoût d’environ 6 000 dollars par an du fait des dépenses de santé et de la perte de productivité », indique un responsable des ressources humaines. Qui, manifestement, ignore la différence entre vaper et fumer…

Tous dans le même panier

Si on peut s’insurger contre cette politique de discrimination, il est tout aussi étonnant de constater qu’aucune distinction n’est faite entre fumeurs et vapoteurs. Il y a quelques jours encore, l’OMS rappelait dans son rapport qu’il était difficile, pour l’instant, de mesurer les effets de la cigarette électronique en matière de santé. On voit donc mal comment il serait possible d’évaluer le surcoût (si surcoût il y a) qu’entraînerait pour l’employeur l’usage de la cigarette électronique par ses salariés… Mais pour la municipalité de Dayton, la distinction ne s’impose pas, et voilà que tous les consommateurs de nicotine, qu’ils soient fumeurs ou vapoteurs, sont mis dans le même panier.

Double peine

Ce type de mesure n’est pas nouveau outre-Atlantique. À l’heure où la vape n’était encore qu’un rêve pieux, certains États avaient d’ailleurs réagi en adoptant des mesures destinées à protéger les fumeurs contre la discrimination à l’embauche. « Sachant que le taux de fumeurs avoisine 45 % parmi les chômeurs, ces mesures affectent de manière disproportionnée et injuste une population qui est déjà touchée par l’insécurité de l’emploi », regrettaient des experts dans le New England Journal of Medecine en 2013.

A Dayton, en tout cas, la municipalité ne s’embarrasse pas de ces considérations. Elle va même plus loin. En effet, non contente d’opposer un non catégorique à tout candidat consommateur de nicotine, elle se réserve le droit de faire subir des tests de dépistage à ses employés dès lors qu’elle a des soupçons. Pas facile de sortir du tabac tout en restant actif sur le marché du travail. À moins de vapoter en 0 mg/ml ?