Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Covid-19 : la Fivape rappelle les règles à respecter

Autorisées à rouvrir depuis le 18 mars, les boutiques d’e-cigarettes ont ainsi été reconnues comme investies d'une mission de service public. Mais, pour assurer la sécurité de leur personnel et de leurs clients, elles doivent multiplier les précautions sanitaires. La Fivape rappelle les principales recommandations et accompagne les vape shops.

Covid-19 : la Fivape rappelle les règles à respecter

Après avoir fermé à partir du 15 mars, au même titre que tous « les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays », les vape shops ont bénéficié d’une dérogation. Publié le 18 mars au Journal officiel, un arrêté ajoute en effet « les commerces de détail de produits à base de tabac, cigarettes électroniques, matériels et dispositifs de vapotage en magasin spécialisé » à la liste des établissements autorisés à ouvrir. Une forme de reconnaissance officielle de leur « intérêt public » de la part de l’État. On compte en France près de trois millions de vapoteurs.

« Faire notre part dans la lutte contre le Covid-19 »

Mais, à l’instar de tous les autres professionnels poursuivant leur activité, les vendeurs et responsables de boutiques sont exposés au virus. Ils doivent par conséquent redoubler de vigilance pour continuer à assurer leur mission. Face à un tel risque, la Fédération interprofessionnelle de la vape (Fivape) s’organise et rappelle les règles sanitaires à respecter

« Continuer de servir les vapoteurs et futurs ex-fumeurs, c’est faire notre part dans la lutte contre le Covid-19, affirme Jean Moiroud, président de la Fivape. Depuis plusieurs années déjà, de nombreux représentants du corps médical, toutes disciplines confondues, soutiennent que le vapotage est un excellent outil pour lutter contre le tabagisme. Aujourd’hui, l’État les a officiellement rejoints, et nous ne pouvons que nous en féliciter. »

Pour mener à bien une telle mission, la fédération publie une série de recommandations. « Nous appelons chacun de nos adhérents à la responsabilité, commente Jean Moiroud. Commerçants ou industriels, nous sommes avant tout des professionnels spécialisés dans la réduction des risques. Le contexte actuel nous appelle plus que jamais à le démontrer, en adoptant des pratiques et protocoles extrêmement rigoureux, à respecter strictement : ils engagent le sérieux de la filière et constituent la seule barrière pour protéger efficacement consommateurs et salariés. »

Être en capacité d’assurer la sécurité des équipes

En premier lieu, la Fivape rappelle qu’« aucune pression ne doit être exercée sur les équipes. Seuls doivent rester en rotation ceux qui le souhaitent, sur la base du volontariat, en comprenant le sens de la mission de service public qu’ils s’apprêtent à accepter ». En résumé, le droit de retrait doit impérativement être appliqué.

Et si les équipes sont trop réduites pour assurer un bon fonctionnement, les boutiques ou les chaînes de production doivent se résoudre à fermer. Par ailleurs, « [les boutiques] doivent être en capacité d’assurer la sécurité des équipes au travail, indique la Fivape. Sans fournitures de protection correctes, pas de reprise ».

La fédération rappelle également les gestes barrières à adopter, avec une série de bonnes pratiques : 

  • privilégier le retrait de commandes passées sur Internet ou par téléphone en mode « drive », sur le pas de porte, en respectant une distance de sécurité dans la file d’attente ;
  • les vendeurs doivent porter un masque et utiliser du gel hydroalcoolique ou des gants jetables entre chaque client ; 
  • proscrire les contacts physiques entre les vendeurs et les clients ;
  • pas de vapotage à l’intérieur des boutiques ni de « bar à saveurs », même avec des embouts jetables ;
  • utiliser systématiquement un désinfectant sur les terminaux électroniques de paiement ;
  • éventuellement, proposer un SAV, sur rendez-vous uniquement ;
  • pour les fabricants d’e-liquides, restreindre le catalogue aux produits les plus populaires. Le maintien d’un grand nombre de saveurs rend en effet l’aspect logistique plus complexe.

Toute la rédaction d’e-cig mag réaffirme son soutien total aux professionnels de la vape, en cette période difficile, pour la mission de service public qu’ils poursuivent.