Êtes-vous un professionnel de la vape ?

Ce site est réservé aux professionnels de la vape

Baromètre Odoxa : la vape est-elle menacée ?

La dernière édition du baromètre Odoxa pour France Vapotage montre une dégradation de la perception de l’e-cigarette au sein de la population. Une évolution qui s'explique notamment par le manque d'informations et le flot régulier de fake news.

Baromètre Odoxa : la vape est-elle menacée ?

Un vrai paradoxe. Alors que 58 % des Français considèrent le vapotage comme « un moyen efficace pour réduire sa consommation de tabac », ils sont également 55 % à estimer que « consommer la cigarette électronique est aussi risqué que le tabac ». Ce sont les résultats du baromètre réalisé par Odoxa en septembre 2020 (4e édition) pour France Vapotage. Le sondage montre également une dégradation de la perception du vapotage au sein de la population par rapport à la précédente édition. La fédération s’en émeut et pose cette question : « La vape serait-elle en danger, et avec elle l’opportunité historique qu’elle représente pour faire baisser la prévalence tabagique ? »

À quand une politique volontariste ?

Au centre des enjeux et première raison d’un tel paradoxe : le sentiment d’une information, notamment scientifique, insuffisante. Toujours selon le baromètre, les Français ne sont plus que 37 % à s’estimer « bien informés sur la cigarette électronique », soit un recul de 6 points depuis mars 2020. « France Vapotage s’est ouvertement inquiétée de l’impact de la mauvaise information, voire de la désinformation, sur les comportements des plus de 3 millions de vapoteurs français, pour les fumeurs actuels en recherche d’une alternative fiable à leur pratique tabagique », précise la fédération.

France Vapotage identifie ainsi trois « urgences » pour éviter une plus grande dégradation de l’image de la vape, le moyen pourtant jugé le plus efficace pour cesser de fumer :

  • combattre les fausses informations, « celles toujours plus contradictoires et anxiogènes, qui font le lit de la pratique tabagique dans un pays où la prévalence est l’une des plus fortes des pays occidentaux » ;
  • conserver le vapotage dans une gamme de prix attractive, accessible au plus grand nombre. La perspective d’instaurer des taxes, avec des droits d’accise, risque en effet de réduire son public. « Le passage du tabagisme au vapotage permet au consommateur de réaliser d’importantes économies, et le prix des produits du vapotage est donc un argument majeur, rappelle France Vapotage, les vapoteurs se montrent fortement opposés (à 72 %) à l’instauration de taxes sur le vapotage » ;
  • préserver une liberté de choix en matière d’arômes, elle aussi menacée dans de nombreux États et au niveau européen. « Avec le prix, le large choix de saveurs d’e-liquides est un autre élément qui encourage à passer du tabac au vapotage », indique la fédération. Pour rappel, plus de 70 % des vapoteurs privilégient les e-liquides aromatisés, qui, selon certaines études, présentent une plus grande efficacité dans l’arrêt tabagique.

Ce sont trois chantiers importants, trois points de vigilance absolue qui, selon France Vapotage, « pourraient ramener les vapoteurs vers le tabac ou encore empêcher les fumeurs adultes de passer au vapotage ». La fédération appelle donc les pouvoirs publics à « s’engager sans attendre dans une politique volontariste » visant à mieux informer et rassurer, et à accompagner et protéger les consommateurs.